De l’achat d’objets de première nécessité à la reconstruction d’ateliers de couture permettant à plusieurs personnes de retrouver leur travail, en passant par l’opération du cœur d’une petite fille condamnée sans l’aide financière lui permettant les soins nécessaires, nous attachons beaucoup d’importance aux rencontres humaines dans l’attribution des dons. Il est également important pour nous de ne pas rendre les personnes que nous soutenons dépendante de notre aide et faisons particulièrement attention à développer des projets qui permettront à terme aux familles d’être indépendantes de toute aide extérieure.

Rangana Batiks

Rangana et sa famille vivent de l’art du batik et principalement de la vente de leurs réalisations aux touristes. Mais leur atelier a été ravagé par le tsunami, ils ne pouvaient donc plus créer de la même manière qu’auparavant et leur source de revenus s’en voyait nettement amoindrie.

ors de notre voyage en 2005, nous avons décidé de leur reconstruire un espace de travail. Cela a permis à la famille de Rangana de reprendre son activité et leur a également permis d’engager plusieurs personnes. Au total, cela a permis à six personnes de retrouver leur travail.

En 2006, nous avons construit un show-room, afin de leur permettre d’exposer et de vendre leur travail.

Nous continuons notre collaboration avec cette famille et achetons régulièrement des toiles, afin de les revendre sur des marchés ou lors d’événements de l’association. Leurs batiks sont caractérisés par une recherche du détail et la finesse de leur dessin.

Visite de camps

Suite à la destruction du tsunami, de nombreuses familles ont été logées dans des camps, faits de baraquements en bois, construits en urgence avant la mousson. Ces familles ont tout perdu dans la catastrophe et y vivent d’une manière très spartiate.

Nous avons pu nous rendre dans plusieurs camps, à Unawatuna et à Beruwela notamment. 18 mois après le tsunami, de trop nombreuses familles vivent encore dans ces camps d’une manière très précaire. Nous avons pu, grâce aux dons, offrir à chaque famille un objet qui leur manquait, que ce soit une cuisinière, un lit, un matelas, une armoire, un ventilateur. Nous avons également pu distribuer des habits et des peluches que nous avions récoltés en Suisse avant notre départ.

Tuk Tuk

Afin de permettre à Cotal et à Nalaka de retrouver leur emploi de conducteur de tuk tuk (taxi asiatique), nous avons financé l’achat d’un nouveau tuk tuk pour chacun d’eux. Ils ont ainsi pu retrouver leur indépendance financière, grâce à leur activité professionnelle retrouvée.

Ces deux personnes et leur famille font maintenant partie de l’association et sont des personnes de confiance, qui se sont engagés à nos côtés, afin de permettre à d’autres familles d’être aidées.

Travaux de reconstruction

Nous avons rencontré une famille qui a préféré s’installer à l’intérieur des terres à leurs propres frais, plutôt que de rester au bord de l’océan. Cependant, ils n’avaient plus les moyens de faire les travaux de finition nécessaires avant la mousson. Nous avons donc décidé de financer les fenêtres et le crépi de leur maison.

Dans le village d’Ambalangoda, nous avons acheté et distribué des toits pour plusieurs baraquements en bois, également avant l’arrivée de la mousson.

Nous avons pu financé la reconstruction de la cuisine de la famille de Shashika, ainsi que la construction de deux chambre et d’un toilette à la famille de Cotal. Et nous avons également pu aider un établissement accueillant des personnes âgées en leur offrant la réfection du sol de l’entrée et de leur salon.

Fabrique d’Unawatuna

La famille de Deepika possédait une fabrique de batik et une petite échoppe sur la plage pour y vendre leurs batiks. Ils ont tout perdu dans le tsunami. Nous les avons aidé à reconstruire un nouvel atelier et, en faisant le projet avec eux, il a été décidé d’y intégrer un centre de couture. Ceci a permis à six personnes de recommencer à travailler à plein temps et de pouvoir ainsi à nouveau subvenir aux besoins de leur famille.

Tout comme pour la famille de Rangana, nous avons continué à collaborer avec cet atelier et cette famille et nous leur achetons régulièrement des vêtements que nous vendons au profit de l’association.

Achats de terrains

Les conditions d’obtention d’aide du gouvernement étant parfois, pour des raisons parfois peu compréhensibles, très restrictives, nous avons aidé certaines familles à acquérir un bout de terrain, afin de pouvoir y reconstruire leur maison. Nous avons ainsi pu permettre à ???? de familles de retrouver un foyer.

Pramila

Nous avons croiser le chemin de Pramila par le hasard des rencontres et avons été particulièrement touché par cette petite fille de 3 ans et par sa famille. Elle souffrait d’un trouble au cœur qui provoque un manque d’oxygène dans le sang et nécessitait une opération. Or, sa famille ne pouvait pas payer les frais médicaux que cela impliquait (environ 2500 CHF).

Nous avons alors organisé plusieurs ventes de pâtisseries de retour en Suisse, expressément pour récolter des dons pour son opération. Grâce à la générosité de nombreuses personnes, nous avons pu financer l’opération et les soins médicaux liés.

Pramila a maintenant une dizaine d’années et se porte bien, sans souci majeur de santé et elle est même première de sa classe !

La ferme à poulets

En 2008, nous avons rencontré deux familles voisines vivant à l’intérieur des terres, à Ampagama. Afin de leur permettre d’avoir une activité professionnelle qui engendrerait un revenu suffisant pour leurs deux familles, nous avons construit un abri à poules et acheté plus de 200 poussins, ainsi que les vaccins et la nourriture. Ils ont ainsi pu commencer leur élevage, la vente des œufs et de la viande. Cette élevage leur rapportait suffisamment pour subvenir à leurs besoins et pour développer leur élevage.

Ces deux familles sont totalement indépendante de notre aide désormais et après plusieurs périodes d’évolution, elles ont su développé chacune leur propre affaire. Ainsi, une des deux familles a acheté des vaches et la seconde a démarré un petit commerce vendant épices, thés, et autres approvisionnements.

Dons matériels

Beaucoup de personnes nous font également des dons de vêtements, de peluches ou de jouets. Nous emmenons ces dons au Sri Lanka et les distribuons dans plusieurs villages.

Aides éparses

Achat de ventilateurs, cuisinières à gaz, meubles, tables, chaises, moustiquaires, nourritures pour plusieurs familles qui vivent dans des conditions très précaires.


Participation à l’achat d’un four électrique pour une jeune fille, qui a fait une école de pâtissière, en remplacement de celui qu’elle a perdu.


Un petit commerçant, ayant perdu son magasin a investit toutes ses économies pour le reconstruire lui-même, nous lui avons acheté un fond de stock, biscuits, bonbons, boissons, cigarettes, pour lui permettre de redémarrer.


Achat et installation de 16 ventilateurs et distribution de jouets dans l’école de G/Ampegama primary college à l’intérieur des terres qui comptent plus de 600 élèves.